Posts from the ‘Kamishibaïs’ Category

RELAIS POUR LA VIE

Une manifestation contre le cancer pas comme les autres

Relais pour la vie est une manifestation festive et conviviale mêlant l’art, la culture, la musique, le sport, l’alimentation, au service de la lutte contre le cancer. C’est une mobilisation de l’ensemble de la société: les malades et personnes guéries, les proches, le public, le milieu associatif, les entreprises, les sportifs. Nous avons souhaité que « Rue du Bonheur » participe à cette manifestation en proposant diverses animations: contes japonais, ballons sculptés, orgue de barbarie, maquillages.

24 heures de festivités non-stop

Ces 24 h symbolisent le cycle de la vie et le relais représente les défis permanents que relèvent les malades atteints du cancer et leurs proches. 2000 personnes ont participé à ce 3è Relais pour la vie ; 562 marcheurs se sont relayés pendant ces 24h !

Les enfants ont répondu de manière naturelle et entière aux sollicitations. Une première journée a permis de faire découvrir les contes kamishibaïs de Rue du Bonheur ; la deuxième a été l’occasion de se faire maquiller et de tourner l’orgue de barbarie avec bonheur avant de repartir avec le diplôme de « tourneur de manivelle ». Des chants en duo avec l’animateur ont permis de rendre plus participatif ce temps musical, les personnes présentes dans les stands nous accompagnaient aussi en chantant. Les ballons sculptés ont permis à des enfants de montrer leurs talents de sculpteurs, réalisant abeilles ou papillons au côté de nos réalisations.

Nous avons aussi pu rencontrer des membres d’autres associations œuvrant au sein du service hématologie de l’hôpital de Rennes. Le public a également pu laisser des écrits, découvrir la musique et l’esthétique mis en place pour accompagner les malades durant leur traitement. De nombreux conseils de prévention ont été donnés. La convivialité était bien présente. Merci à l’équipe du relais pour l’accueil qu’ils nous ont réservé !

ALBUM PHOTO

CONTES PAR LA FENÊTRE

La bibliothèque municipale de Landry à Rennes nous a donné l’opportunité de participer à ces « Contes par la fenêtre » tout au long de l’année.

Des contes pour les petits et pour les grands

Les enfants sont invités par tranches d’âges : de 18 mois à 3 ans ou de  3 ans  à 6 ans. Bien sûr, des adultes les accompagnant sont aussi invités à se plonger dans la magie du conte ! Parois, des marionnettes complètent le conte. Les enfants sont amenés à interagir entre eux et avec la conteuse. Ces moment simples permettent de mettre à l’épreuve leur logique et leur imaginaire.

Un petit moment de rêve

La première animation a connu un vif succès et toutes et tous ont été heureux d’écouter les contes. Ils se sont transmis la joie que leur a procuré ce petit moment de rêve !

TRANSMETTEURS DE RÊVES – LE JOURNAL DE VITRE

Née en fin d’année 2008, Rue du Bonheur était présente aux Jeudis de l’été, avec son orgue de barbarie et son stand de maquillages. L’association Vitréenne essaie de transmettre du rêve pour tous les âges.

C’est simple et plus facile à apprendre que la guitare ou le piano. on peut même jouer « Mistral gagnant » ou « Mon amant de St Jean ». L’orgue de barbarie est très présent en Écosse et dans certaines régions allemandes. Un peu moins en France, même si on constate un regain d’intérêt depuis la fin des années 90. A Vitré, cet instrument à vent a trouvé ses partisans avec Rue du Bonheur.

Cette toute jeune association a vu le jour en décembre 2008, à l’instigation de deux enseignants, Anne  et Jean-Pierre Beaugendre. Le couple a décidé de partager sa passion des musiques d’antan et notamment du début du XXè siècle en faisant l’acquisition d’un orgue de barbarie ou automatophone. « Il a fallu un an pour le construire, précise Anne Beaugendre. Nous avons confié cette tâche à un des rares fabricants français, l’établissement Odin, basé près de Saint-Étienne ».

Il en existe de toutes les tailles, de ceux portés en bandoulière par les artistes de rue aux limonaires fixés dans les cafés ou les églises. Rue du Bonheur a choisi la gamme intermédiaire, un orgue mobile. Mais au fait, comment ça marche ?  On introduit des cartons perforés dans l’appareil. La manivelle tournée par le musicien permet d’actionner les quatre soufflets et les mécanismes. L’air produit dans les soufflets arrive dans les flûtes qui correspondent chacune à une note.
Et tout le monde y arrive.  Adultes, 3è âge, ados et enfants… les différentes générations sont vite emballées. Le « passage à l’acte » permet même d’obtenir le précieux sésame : un baptême de tourneur de manivelle « officiel » décerné par Rue du Bonheur.

Mais l’association a d’autres cordes à son arc. Elle propose également, souvent en lien avec l’orgue, des kamishibaïs, ces contes japonais en images présentés sous la forme d’un théâtre ambulant avec des planches de papier qui défilent dans un castelet.

« Nous nous déplaçons dans l’ensemble de département pour les présenter dans les écoles, les bibliothèques ou les espaces culturels » explique Anne Beaugendre. En véritable passionné, le couple se rend à paris ou surfe sur le net pour en dénicher des nouveaux. Et va même jusqu’à les créer soi-même. L’association a d’ailleurs présenté un échantillon de son répertoire lors de la fête du cheval et du chien de Louvigné-de bais, fin août.

Enfin, Rue du Bonheur est passé maître dans l’art du maquillage. les enfants présents sur la place lors des jeudis de l’été s’en souviennent encore…

Simon Mauviel (le Journal – août 2009)

UN PETIT AIR D’ANTAN SUR LES JEUDIS DE L’ÉTÉ – OUEST-FRANCE

L’orgue de barbarie insuffle un parfum de nostalgie le jeudi place de la Gare. Rencontre avec deux passionnés.

« Avec l’association, nous voulons transmettre un patrimoine, celui des chants traditionnels ou de mémoire du début du siècle », expliquent Anne et Jean-Pierre Beaugendre, tous deux à l’origine de l’Association Rue du Bonheur. Faire revivre un peu ces chansons d’autrefois parfois oubliées ou inconnues, « nous associons de contes de tradition japonaise et des séances de maquillage ou de magie à l’orgue ».

Anne et Jean-Pierre Beaugendre, enseignants, se sont lancés dans l’aventure en décembre dernier, en créant l’Association Rue du Bonheur car le but pour eux avant tout est « de partager des petits moments de bonheur avec les gens que l’on rencontre, enfants comme adultes ». Le projet a été mûrement réfléchi « cela faisait 10 ans que l’on y pensait et on a finalement trouvé l’orgue que l’on voulait, après, nous nous sommes lancés ». La jeune association est présente lors d’événements comme les jeudis de l’été ou les Sportiviales, mais aussi pour les particuliers, les écoles ou d’autres associations.

Pour le couple, il s’agit avant tout de faire découvrir ou redécouvrir cet instrument sur lequel le temps n’a pas d’emprise « au départ nous nous doutions que les personnes âgées seraient attirées par l’orgue mais les enfants sont aussi très curieux, ainsi que les adolescents qui aiment tourner ». Anne et Jean-Pierre veulent proposer un spectacle interactif, partager avec le public. Ils proposeront ce soir des baptêmes de tourneur de manivelle, « les gens dansent parfois ou se mettent à chanter, d’autres écoutent tout simplement ». Parmi les succès : « Les amants de Saint-Jean reste la chanson numéro 1, mais Le jouet extraordinaire de Claude François a également beaucoup de succès auprès des enfants, tout comme Bobby La Pointe ou Mistral gagnant » (cf. Liste des cartons d’orgue). Et si l’orgue de barbarie malgré son petit côté désuet était un instrument intemporel…

Les jeudis de l’été, (avant dernière soirée), ce soir de 18 h 30 à 21 h 30, place de la Gare. Association Rue du Bonheur : ruedubonheur35 @ gmail.com.

E.D. Ouest-France